Une prothèse de doigt qui permet de ressentir les textures

Retrouver le sens du toucher avec un membre artificiel ou une prothèse spécifique est en passe de devenir une réalité grâce aux recherches menées par Silvestro Micera et son équipe à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne en collaboration avec la SSSA en Italie

prothese-doigt

doigts-bionique

Les chercheurs du Centre de neuroprothèses de l’EPFL travaillent sur une prothèse reliée aux nerfs périphériques du haut du bras, et qui permet de retrouver un certain nombre de sensations tactiles. Déjà par le passé, une prothèse de main révolutionnaire avait été présentée par cette équipe : elle permet de saisir des objets les yeux bandés en percevant la forme et la consistance et en modulant la force avec laquelle ces objets sont saisis. Imaginez la difficulté à saisir un gobelet en plastique avec une prothèse de main ordinaire sans l’écraser et vous comprendrez !

prothese-main-sensorielle

La prouesse la plus récente présentée va au delà en permettant de percevoir les textures des objets du bout des doigts bioniques. Il s’agit d’un niveau de résolution sensorielle inégalé à ce jour dans le domaine prosthétique :

  • Une personne amputée parvient à différencier les textures rugueuses des lisses en temps
    réel au moyen d’un bout de doigt artificiel connecté à des nerfs du bras.
  • Lorsque le bout de doigt se déplace sur la texture du plastique, les capteurs génèrent un signal électrique.
  • Les lignes serrées ont une texture plus lisse que celles qui sont plus écartées.
  • Ce signal du doigt bionique est traduit en une série de pics électriques imitant le langage du système nerveux, puis dirigé vers les nerfs.
  • Dans 96% des cas, le patient a été capable de distinguer des surfaces rugueuses et lisses.

doigt-artificiel

Les signaux électriques sont traduits en impulsions nerveuses transmises au système nerveux de la personne via des électrodes ultra-minces et précises. Pour arriver à cette prouesse, il a fallu développer des algorithmes spécifiques qui traduisent les signaux électriques des capteurs en un langage analogue aux impulsions nerveuses.

L’autre innovation est que des personnes valides peuvent désormais participer à l’élaboration de cette perception sensorielle prosthétique.

Plus d’infos sur http://elifesciences.org/content/5/e09148v2

Laisser un commentaire